Saturday, November 5, 2011

5 à 7 dans un pub japonais? Hell yeah!


Montréal commence définitivement à s'armer de multiples bars japonais ou encore isakayas. Tel qu'expliqué dans mon article de Kazu, les isakayas sont des destinations au Japon dans lesquels on prend une bière, du sake ou les deux combinés ensemble dans un sake bomb, le tout accompagné de petit plats à partager.

Après plusieurs critiques positives de bloggers montréalais par rapport au restaurant Imadake sur Ste-Catherine, et bien voilà! Vous avez piqué ma curiosité! Il est temps que je vienne rendre une visite à ce isakaya.  Je vous avertis, je ne suis pas une grande experte des plats japonais mais mon dieu que je tombe en amour à toutes les fois que j'en mange! Simple, joli et explosant de saveurs!

Première remarque: il y a définitivement beaucoup d'espace et l'ambiance de fête est ressentie dès que nous rentrons dans le pub. Des longues tables de bois au milieu de la salle accompagnés de banc font de ce restaurant une adresse de choix pour célébrer des anniversaires.  Surtout lorsque des sake bombs sont en jeu! J'adore ce drink. Sur une bière, on doit poser deux baguettes. Sur ces dernières, on y dépose un shooter de sake. En frappant à poings fermés sur la table, le shooter tombe dans le verre et gloup gloup gloup!

Les murs sont également tapissés de dessins à la craie, autant des mots de bienvenue des proprios que des spéciaux que des petits mots d'amour de clients! J'adore tellement l'ambiance de la place! Conviviale, relaxe et joviale!


Les serveurs nous accueillent en nous criant haut et fort 'Irasshaimase!' en guise de bienvenue. La sélection de sake autant chaud que froid est impressionante! Le Asahi est de mise et le serveur nous a conseillé de tenter notre coup avec un saké froid puisque le goût est beaucoup présent. Alors nous y allons avec un choix de base: Hakutsuru Superior Sake Junmai ginjo.  Servi dans un verre de shooter préalablement refroidi, le sake est léger et fruité avec une légère acidité.  Ce type de sake doit avoir au moins 60% des ses grains de riz poli laissant le riz avec quasi juste le coeur pure d'amidon.


Tayokayi

Des boulettes de pâte mélangées avec de la pieuvre grillée le tout cuit dans un gril spécial.  La fabrication de ces boulettes est tout un art! Regardez ce vidéo! Ce plat est typique de ce qu'on peut retrouver dans les rues du Japon servi sur le go.  Et Imadake le sert avec leur mayonnaise, la sauce sucrée Tonkatsu (version japonaise du Worcestershire), des flocons d'algues et de bonito. Le bonito est une préparation de poisson séchée, fermentée et fumée.  Les copeaux sont extrêmement minces et procurent tellement de caractère au plat! C'est fou! Le côté fumé et salé du bonito viennent complémenter à la perfection ces petites boules parfaitement exécutées! Onctueux avec une résistance de la poulpe, extérieur croustillant à souhait, ces takoyaki vont convertir n'importe quel Montréalais à la culture gourmande japonaise!


Ramen - Imadake accompagnés de gyozas au porc

Le ramen est peut-être davantage connu sous la forme de ces sachets avec une teneur de sodium ridiculement élevée mais que nous aimons tant manger cru lors de notre jeunesse (bref, moi en tout cas!).  Par contre, dans ce cas-ci, le ramen est formé et tiré avec amour à la main conférant un 'al dente japonais' résistant légèrement sous la dent.  Le bouillon qui nous a été conseillé était au miso.  Malgré qu'il était vraiment mais vraiment salé (quand même typique du miso après tout), le bouillon était savoureux lorsqu'accompagné par les algues, les pousses de bambous fermentées, les fèves de soja germées et le demi oeuf assaisonné. Le tout formait un mariage heureux dans la bouche! 


Les gyozas ont étés poêlées pour donner une belle croûte dorée et croustillante.  Garnis de porc et de chou, les gyozas étaient servies avec une sauce acidulée et piquante (je suspecte le yuzu).


Langues de boeuf au miso

Tranchées minces et marinées dans le miso, ces langues de boeufs sont bien caramélisées donnant quasi une impression de bonbons sur le bord de la viande.  Imadake cuisine avec brio une viande qui n'est pas encore assez connue dans le monde occidental.  Ils le parsement de ficelles de pomme de terres frites et de sésame et le tout servi sur de la laitue romaine.  J'ai été bien contente de cetter dernière addition pour équilibrer le goût salé de la viande.


Okonomiyaki aux fruits de mer

La seule comparaison que je peux faire de ce plat est avec celui du Kazu.  Une omelette d'une bonne épaisseur remplie de fruits de mer et de chou, je vous conseille de le partager. C'est gros. Et ça remplit. Croyez-moi.  Encore une fois, les garnitures tels le bonito, la mayo, la sauce tonkatsu, la poudre d'algue et du gingembre mariné et émincés viennent compléter à merveille le plat.  Personnellement, je préfère de loin l'okonomiyaki d'Imadake.  Le goût était davantage balancée et pas trop lourd dû à la proportion parfaite de la pâte, des fruits de mer et du chou. Malgré que j'étais pleine à craquer, il fallait que je finisse l'assiette...


Crème glacée Mochi

Une conclusion heureuse... ah! La crème glacée mochi! En d'autres mots, un petite boule de glace enrobée d'une couche de pâte de riz et sapoudré d'une poudre blanche (pour empêcher que les boules soient collantes).  La combinaison de texture moelleuse et collante de l'extérieur est juste phénoménale avec la glace bien froide et crémeuse.  Nous avons essayé le traditional thé vert, qui était subtil avec une touche de crème, la vanille, très riche, le chocolat, et à la fraise (très artificiel comme saveur).  C'était léger, amusant à manger avec leur cure-dent, absolument merveilleux!


Ce qui m'impressionne beaucoup des restaurants japonais est la qualité de leur service. Malgré que la salle était à craquer, le serveur prenait toujours son temps pour venir répondre à mes questions et ce, avec le plus sincère des sourire.  Et même si une ligne significative commençait à se former à la fin de notre repas, nous nous sommes jamais senties pressées d'aucune façon de partir. Le menu est facile à lire avec des photos pour nous montrer un côté visuel à ces noms qui nous sont étrangers. Et les bonbons au litchi qu'ils nous donnent à la fin! Miam!!!

Mon prochain défi, je m'essaies à cuisiner ces takoyakis chez nous dans mon gadget de cake pops! À suivre...

Imadake on Urbanspoon

No comments:

Post a Comment

Post a Comment